Walmart

Amazon a beau avoir frappé fort en s’immisçant sur le terrain de la livraison alimentaire en 2017, la menace pour Walmart demeurerait particulièrement mince. – AFP

Walmart multiplie les offensives pour contrer Amazon. Le roi de la grande distribution classique entend déstabiliser celui du commerce en ligne en utilisant les armes de son concurrent.

Ainsi, depuis 2018, le géant américain propose des rabais plus importants sur certains produits que son concurrents lors du fameux « Prime Day » d’Amazon, sa journée de soldes monstres. Une journée pendant laquelle Amazon écoule pour 4 milliards de dollars de marchandises, selon une estimation de 2018 établie par Internet Retailer.

Aujourd’hui, Walmart pousse à nouveau ses pions, cette fois sur le terrain de la livraison de produits alimentaires où Amazon est désormais fortement présent à travers notamment le rachat de la chaîne de magasins Wholefood. Le distributeur annonce en effet qu’il étendra d’ici la fin de l’année à 200 villes son nouveau service de livraison de ces produits sur abonnement, « Delivery Unlimited », actuellement testé dans quatre communes. De quoi toucher la moitié de la population américaine. 1600 magasins seront concernés.

Walmart mise également sur « Grocery Pickup », un service disponible dans 3000 magasins qui permet aux clients de commander leurs courses en ligne et de les retirer dans les points de vente, sans sortir de leur voiture.

Livrer directement dans le frigo des clients

Walmart va jouer aussi la carte du prix avec un abonnement à son service de livraison dans les 24 heures fixé à 98 dollars par an quand Amazon facture Prime 119 dollars par an aux Etats-Unis. La firme de Jeff Bezos y inclut néanmoins plus de services puisque Prime donne également accès à ses services de musique et de vidéo en streaming ou encore de livres audio (Audible). Une valeur ajoutée de taille.

« Nous avons investi dans nos activités d’épicerie en ligne en étendant les services de livraison et de collecte. Delivery Unlimited est la prochaine étape. En combinant notre taille et ces services, nous faisons de Walmart l’endroit le plus facile pour acheter. Ajoutez à cela les valeurs que nous portons : le consommateur ne peut pas perdre », commente dans un communiqué relayé par Les Echos Tom Ward, vice-président de Walmart en charge des activités digitales.

Le distributeur ne compte pas s’arrêter là. Pour se différencier de son concurrent il va tester la possibilité d’une livraison directement dans le réfrigérateur de ses clients lorsqu’ils sont absents.

Target en embuscade

Face à l’ogre Amazon, Walmart a des cartes à jouer. Il dispose d’une très forte empreinte sur le territoire avec 5.000 points de ventes et jouit d’une bonne image de marque (il vient d’augmenter le salaire minimum de ses salariés). Ce qui est de moins en moins le cas du côté d’Amazon, très critiqué pour ses méthodes de travail. Encore faut-il s’aligner du côté des services et des prix. Ce que s’emploie à faire l’entreprise aux 2,2 millions de salariés.

Mais si Amazon est clairement l’ennemi à abattre, Walmart doit aussi composer avec les offensives de ses concurrents traditionnels comme Target qui a lancé ses « Deal Days » au moment du « Prime Day » d’Amazon et qui propose Shipt, son service de livraison dans la journée à 99 dollars par an.