Le voyagiste Thomas Cook perd plus d'un quart de sa valeur ce lundi à la Bourse de Londres

Le voyagiste Thomas Cook perd plus d’un quart de sa valeur ce lundi à la Bourse de Londres – AFP

Créée au milieu du 19ème siècle, la plus ancienne agence de voyage du monde va changer de drapeau. Le Britannique Thomas Cook a annoncé des « discussions avancées » de recapitalisation avec ses banques et son principal actionnaire, le chinois Fosun. Ce dernier, qui détient déjà 17% du capital, prendrait alors « une large majorité de contrôle », en échange de 750 millions de livres de liquidités.

Pour Thomas Cook, c’est une question de survie. Ente le Brexit et la concurrence des voyagistes en ligne, l’entreprise se bat avec une dette proche de 1,25 milliard de livres. La cotation boursière, elle, a chuté de 83,8% depuis le 1er janvier dernier…

Après Club Med…

« L’accord avec Fosun entraînera au moins un sursis » commente GlobalData. « Mais sur le long terme, des changements radicaux doivent être apportés », notamment en se concentrant sur les réservations en ligne. La montée en gamme fait aussi partie des enjeux actuels.

Début février, Thomas Cook avait annoncé vouloir vendre tout ou partie de sa compagnie aérienne, afin de financer cette fameuse montée en gamme dans l’hôtellerie. Mais, depuis que cette réflexion a été engagée, « le marché du voyage en Europe est devenu plus difficile », a expliqué le groupe vendredi.

Pour Fosun International, c’est une opportunité d’avancer sur l’Europe. Le conglomérat chinois s’est déjà offert Club Med, en 2015 et a récemment conclu un partenariat avec la Compagnie des Alpes, le leader mondial de l’exploitation de domaines skiables.

Ces deux exemples réussis montrent que Fosun a su dépasser les conflits culturels. Club Med a ainsi affiché de très bons résultats pour l’exercice 2018.