Thierry Bolloré

Thierry Bolloré –

Il n’y a pas de discussions autour du projet avorté de fusion entre Renault et Fiat. Thierry Bolloré, directeur général du constructeur français, l’a confirmé mardi au micro de BFM Business à l’occasion du salon automobile de Francfort.

« On ne discute pas avec Fiat, l’offre a été retirée. Il n’empêche que pour nous le projet reste tout entièrement intéressant et même assez spectaculaire. Mais voilà, on ne discute pas avec eux », souligne le responsable. La porte est-elle définitivement fermée? « On ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait mais enfin, en l’état des choses on ne discute pas avec eux ».

Priorité à l’alliance avec Nissan

Fin août, le commissaire aux participations de l’Etat français Martin Vial avait déclaré: « Il n’y a pas à ma connaissance de nouvelles négociations entre Fiat et Renault. En tout état de cause, pour l’Etat actionnaire de Renault, la priorité c’est l’alliance (avec Nissan), c’est le projet industriel de l’alliance ».

« Les deux directions d’entreprise travaillent sur le renforcement des projets industriels. Pour nous, c’est la priorité des priorités », avait martelé Martin Vial. « Il faut mutualiser au maximum les investissements massifs dans la voiture autonome, la propulsion électrique, la connectivité ». « Tant que cette priorité n’est pas mise en oeuvre de façon effective, il n’y a aucune raison d’examiner d’autres opérations ».

Une fusion entre Renault et Fiat Chrysler aurait créé un nouveau géant du secteur automobile, fort d’une production annuelle de 8,7 millions de véhicules et pesant plus de 30 milliards d’euros en Bourse.