Robert Peugeot

C’était le feuilleton du printemps dernier. Renault et FCA (Fiat Chrysler Automobiles) avaient engagé des discussions pour une éventuelle fusion de géants. Après quelques jours, l’entreprise dirigée par John Elkann, héritier de la famille Agnelli, avait finalement retiré son offre. Interrogé mardi par BFM Business, le DG de Renault Thierry Bolloré a d’ailleurs confirmé que la marque au losange ne discutait plus avec Fiat. De quoi donner le champ libre à l’ambitieux PSA? Une alliance entre les deux entreprises revient régulièrement sur la table. Mais Robert Peugeot, PDG de FFP, holding actionnaire de référence de PSA, et lui aussi membre d’une grande dynastie familiale, ne laisse planer aucun doute. « Bien sûr que je les connais (les Agnelli, NDLR). Mais actuellement il n’y a pas non plus de discussions entre FCA et PSA » affirme-t-il, ce mercredi matin, sur le plateau de Good Morning Business.

En réponse à la diffusion à l’antenne de BFM Business de l’intervention de Thierry Bolloré, Robert Peugeot a répliqué : « D’ailleurs, vous m’avez mis Thierry Bolloré, vous auriez pu me mettre Carlos Tavares (PDG de PSA, NDLR) qui a dit la même chose ».

Avant de poursuivre : « donc, que les constructeurs se connaissent, se parlent… il y a des coopérations en cours donc il y a des contacts réguliers. Que nous, actionnaire de long terme, familial, on connaisse un John Elkann, un Wolfgang Porsche (héritier de la famille Porsche, NDLR), c’est tout à fait normal. Mais, effectivement, tout le monde le dit : il n’y a pas actuellement de discussions de fusion-acquisition. » Ni même de négociations discrètes entre les Peugeot et les Agnelli? « Non. Actuellement, non, » tranche l’intéressé.