Les ventes de voitures neuves ont reculé de 6% en avril.

Les ventes de voitures neuves ont reculé de 6% en avril. – Eric Piermont – AFP

Les ventes de voitures neuves en France ont baissé de 6% en avril, qui a compté deux jours ouvrés de moins qu’en 2016, tandis que pour les motorisations l’essence continue de dominer le diesel, a annoncé ce lundi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

« Avec 171.879 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en baisse de 6% en données brutes par rapport à avril 2016 », selon un communiqué du Comité des constructeurs français d’automobiles.

Sur les quatre premiers mois de l’année et à nombre de jours ouvrés identique, le marché progresse cependant de 2% à 712.933 véhicules.

Au niveau des motorisations, « l’essence à 48,27% est au-dessus du diesel à 48,09% pour le second mois consécutif », a indiqué séparément le directeur de la communication du CCFA, François Roudier. Sur les quatre premiers mois de l’année, l’essence arrive à quasi égalité avec le gazole, avec 47,49% de parts de marché contre 47,56% pour le gazole, a-t-il précisé.

Le diesel perd du terrain

Pour la première fois au mois de mars, la part du diesel en France a été inférieure à celle de l’essence, entérinant un recul continu du gazole qui représentait encore 73% des immatriculations en 2012.

Le diesel pâtit du resserrement des normes d’émissions, du scandale des moteurs truqués chez Volkswagen et d’une fiscalité désormais moins avantageuse.

Au niveau des constructeurs, PSA (Peugeot, Citroën, DS) a vendu le mois dernier 53.147 voitures particulières neuves, soit 5,32% de moins qu’un an plus tôt.

Le groupe Renault en a immatriculé 47.083, soit une chute de 8,31% sur un an, et le groupe Volkswagen (VW, Audi, Skoda, Seat…) 23.519, en baisse de 8,54%, selon les chiffres provisoires du CCFA.

Les ventes du groupe FCA (Fiat, Jeep,…) progressent pour leur part de 4,82% à 6.783 voitures neuves.

Le marché de l’occasion enregistre lui aussi une baisse en avril, de 6,7% avec 465.161 immatriculations, liée là encore au nombre inférieur de jours ouvrés par rapport à avril 2016, a ajouté François Roudier. Sur les quatre premiers mois de l’année, ce marché progresse de 0,4% à 1,9 million d’unités.