L’annonce du plan social de General Electric a fait craindre le pire aux employés. Mais le site de Belfort « ne fermera pas », tente de rassurer, dimanche 2 juin, le patron de General Electric France, Hugh Bailey. « Belfort restera le premier site industriel de GE Power en Europe. Nous y avons des compétences d’excellence », a-t-il assuré dans une interview au Journal du Dimanche. Il déclare que son rôle est de « développer l’activité française et de la promouvoir à l’étranger ».

« Nous avons 16 000 employés en France, c’est plus que certaines entreprises du CAC 40, sur 20 sites industriels. Nous exportons 90 % de notre production depuis la France. Nous y avons des compétences uniques. La France est stratégique pour GE. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le plan social de General Electric à Belfort embarrasse l’exécutif

Des projets qui n’endigueront pas les départs

Le conglomérat américain GE a annoncé mardi envisager un maximum de 1 044 réductions de postes, dont la grande majorité sur son site de Belfort. Le conglomérat a annoncé l’ouverture à la mi-juin de négociations sur ces suppressions d’emplois. Ce plan était attendu depuis plusieurs mois, le marché de l’énergie et notamment des turbines à gaz traversant une période difficile à l’échelle mondiale.

L’activité de ce dernier autour des turbines à gaz a encore un avenir, mais l’usine devra « s’adapter », selon le patron de GE France, qui évoque plusieurs pistes de diversifications. « Aujourd’hui, ce sont les énergies renouvelables qui se développent rapidement. Il y a aussi un démarrage du stockage d’énergie qui prendra une part importante dans l’avenir », assure-t-il.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi General Electric supprime 1 044 emplois en France

« Belfort travaille également pour le nucléaire, dont les perspectives sont à l’exportation, grâce à des partenariats stratégiques signés avec EDF et Rosatom. Nous avons un carnet de commandes de cinq ans dans ce secteur », rappelle M. Bailey. Il évoque également la possibilité que l’usine se diversifie un jour dans « la fabrication de pièces aéronautiques », car « dans les turbines à gaz, il y a des similarités avec les moteurs d’avion ».

Ces projets n’empêcheront pas la mise en œuvre du plan de départ, reconnaît M. Bailey, « mais cela donne des perspectives et montre que nous voulons maintenir l’activité à Belfort ».

Il dément les rumeurs

Hugh Bailey reconnaît que le groupe n’a pas tenu sa promesse de créer 1 000 postes en France, faite lorsqu’il a racheté la division énergie d’Alstom en 2015. « Dans un contexte difficile, nous avons recruté près de 3 000 personnes en trois ans », dit-il, en précisant que « nous avions une forte ambition dans le renouvelable, qui n’est que décalée dans le temps », dans l’attente en particulier du démarrage de chantiers dans l’éolien en mer.

Passé du secteur public au privé, le patron de GE France dément avoir eu un impact sur le pilotage de la vente d’Alstom à General Electric qui s’est déroulée au moment où il travaillait dans les cabinets d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, et d’Emmanuel Macron, ministre de l’économie. « Je n’ai pas travaillé sur le dossier de la vente de la branche énergie d’Alstom, qui était hors de mon champ de compétence », déclare-t-il.

Lire aussi General Electric Belfort : « Une catastrophe pour les salariés et pour la ville »

Par ailleurs, il dément le fait que le gouvernement a demandé au groupe américain de retarder l’annonce du plan social après les élections européennes : « Non, c’est une décision difficile du groupe. Il n’y a jamais de calendrier optimal. »

Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions