Julien Damon

Julien Damon –

Top départ pour le revenu universel d’activité (RUA). Ou du moins pour les premières concertations citoyennes sur le sujet, une plate-forme en ligne étant désormais disponible pour échanger sur ce sujet. Promesse d’Emmanuel Macron, il s’agit de fusionner plusieurs prestations sociales (aides au logement, RSA…) pour créer un revenu unique. « C’est un sujet d’efficacité et de simplicité » commente Julien Damon, sociologue et professeur associé à Sciences Po, sur le plateau de Good Morning Business, ce mercredi, rappelant les cas où « des gens qui pourraient prétendre à certaines prestations (…) ne les touchent pas. »

« Souvent quand on parle du RUA, on dit qu’on va créer une usine à gaz. En réalité, on cherche à simplifier l’usine à gaz qui est déjà en présence avec la diversité des minima sociaux » assure-t-il. Pour le moment, le RUA devrait regrouper le RSA, la prime d’activité et les aides au logement. Faut-il en ajouter d’autres prestations ? « On peut envisager d’y intégrer l’ensemble des minima sociaux (…) Plus ce sera unifié, mieux ce sera » explique Julien Damon. « Mais ce sera compliqué. Vous avez des allocations qui relèvent de la logique de l’assurance chômage » poursuit le sociologue. « Mais il y a également le minimum vieillesse (…) toutes ces prestations ont une histoire différente, une technicité différente. »

1/4 des foyers concernés

D’autant plus « qu’un quart des foyers français pourrait être concerné » par le RUA dans sa première forme. « Ce n’est pas une prestation nouvelle, ce n’est pas simplement un petit bidouillage technocratique pour une toute petite partie de la population » insiste Julien Damon.

Si cette mesure se veut pragmatique, le sociologue observe néanmoins un aspect plus politique dans le nom choisi. « Ce n’est pas forcément le bon titre pour cette prestation » explique-t-il, précisant que l’aspect « revenu universel » était avant tout pour « donner un peu de grain à moudre à une partie du spectre politique » et plus précisément la gauche de Benoît Hamon qui avait fait une proposition bien plus large du revenu universel.