Chine

La lancement de cette cryptomonnaie nationale devrait donner au gouvernement chinois toute la latitude pour accentuer sa surveillance de la population. – Pixabay

Facebook n’est clairement plus le seul mastodonte à orchestrer le lancement de sa future cryptomonnaie. Si l’on se tourne du côté des nations, la Chine vient officiellement de le devancer en déclarant que sa monnaie numérique nationale était maintenant « opérationnelle ».

Le gouvernement aux manettes

A la différence des cryptomonnaies « traditionnelles » – lesquelles se veulent, par nature, décentralisées et ne disposent pas de tiers d’autorité comme le bitcoin – la cryptomonnaie Made in Pékin sera entièrement contrôlée par le gouvernement chinois.

Pour l’heure, sa date de sortie officielle n’a pas encore été communiquée. Mais ce qui est certain, c’est que le projet en question a été lancé dès 2014. Il aura donc fallu au moins cinq ans de développement pour qu’il voit le jour et près de 80 brevets pour qu’il se concrétise véritablement.

Mais la démarche de la Chine n’a rien d’anecdotique. D’autres pays avant elle à l’instar de l’Iran et du Venezuela s’y sont déjà attelés. Le but ? Se prémunir face aux sanctions économiques américaines et faire en sorte de réduire la dépendance de leur économie par rapport au dollar.

En Europe, l’Estonie a, pour sa part, été contrainte d’abandonner l’idée. Une idée qu’elle avait pourtant évoquée il y a deux ans mais qui avait, à l’époque, été retoquée par la Banque centrale européenne (BCE).

En Chine, il semble que l’objectif visé se révèle plus ambitieux puisque l’idée du pays tient au fait de créer sous forme d’application mobile, un portefeuille virtuel qui permettra de convertir des yuans en cryptoactifs depuis un smartphone.

Fini l’argent liquide ?

À plus long terme, la Chine espère pouvoir utiliser sa monnaie numérique afin de « remplacer l’argent liquide » qui circule sur son territoire. C’est en tous cas ce qu’a tenu à souligner Fan Yifei, le gouverneur de la Banque populaire de Chine.

Quant à l’État chinois, le lancement de cette cryptomonnaie nationale devrait lui donner toute la latitude pour accentuer sa surveillance de la population et demander aux instances bancaires de l’informer sur l’identité des individus qui souhaitent obtenir un crédit via cette cryptomonnaie.