Joël Plat

Par le passé, hormis Android et Apple, seulement BlackBerry et Microsoft » étaient parvenus à proposer leurs propres systèmes d’exploitation. – Capture BFM Business

Est-ce une riposte de façade opérée par le géant chinois des télécoms ou bien s’agit-il, en fin de compte, de la seule manière pour Huawei d’imposer un nouveau système d’exploitation ?

A cette interrogation, Joël Plat répond ce mardi 13 août sur le plateau de Good Morning Business que « par le passé, hormis Android et Apple, seulement BlackBerry et Microsoft » étaient parvenus à « proposer leurs propres systèmes d’exploitation (tout en sachant que les deux derniers ont arrêté) ».

« Au lancement d’Harmony OS », précise-t-il, « le président fondateur de Huawei a dit qu’il allait investir 1 milliard de dollars par an pour soutenir le lancement de son OS. Lequel démarre d’ailleurs comme OS pour la télévision intelligente et qui est déployable, rapidement pour de la téléphonie mobile. Et ce, dans l’hypothèse où les sanctions annoncées en mai dernier par Donald Trump qui consistent à bloquer la vente d’Android aux producteurs chinois seraient véritablement appliquées », souligne le directeur associé de PMP Conseil. Si tel est le cas, « Huawei se tiendra prêt à développer Harmony pour la téléphonie mobile ».

Un investissement digne de l’enjeu ?

Dans l’absolu, cet investissement à hauteur de 1 milliard de dollars par an se révèle assez conséquent. C’est en tous cas ce que pense Joël Plat pour qui il convient avant tout de prendre la mesure du fait qu’aujourd’hui « Huawei c’est 107 milliards de dollars de chiffre d’affaires ». Et de poursuivre : « C’est quand même assez lourd et c’est similaire à ce qu’Apple peut investir dans la durée ».