trump

Donald Trump – Doug Mills/ AFP

Les Etats-Unis de Donald Trump continuent leur bras-de-fer commercial avec la Chine, basé sur l’alternance entre les tensions et l’apaisement. Cette fois, l’heure est donc à l’apaisement. Dans un communiqué, les services de l’ambassadeur américain au Commerce ont annoncé que les hausses de 10% des tarifs douaniers sur les produits électroniques entreront en vigueur le 15 décembre et non le 1er septembre.

Dans le même temps, les médias chinois ont rapporté que les négociateurs des deux pays avaient échangé par téléphone, ce mardi. Pékin aurait alors protesté justement contre cette hausse prévue pour la rentrée. La décision américaine semble donc calmer le jeu et participe à la stratégie chère à Donald Trump, qui a, de son côté, rappelé sur Twitter que la Chine n’avait toujours pas acheté de produits agricoles américains.

« Nous ne sommes pas prêts à signer un accord »

Mais pour Washington, c’est aussi une façon d‘apaiser les inquiétudes des entreprises américaines qui fabriquent des smartphones, tablettes ou ordinateurs en Chine, à commencer par Apple aurait été directement impacté par la hausse des tarifs douaniers ou encore Microsoft.

Les marchés ont immédiatement réagi à ces annonces. Wall Street a bondi, le Dow Jones et le Nasdaq prenant plus de 2%, une heure après, avant que ce bond ne s’atténue. A Paris, le CAC40 a terminé en hausse de 0,99%. De la même façon, le pétrole a repris de la vigueur tout comme l’indice des semi-conducteurs de Philadelphie. Apple, Microsoft, Dell ou encore HP ont rapidement repris des couleurs.

Rappelons que vendredi dernier, Donald Trump avait douché tout espoir de règlement en assénant : « Nous ne sommes pas prêts à signer un accord. La Chine veut faire quelque chose, mais je ne suis pas prêt à faire quoi que ce soit pour l’instant » après « vingt-cinq ans d’abus ».

« Tout le monde y va de son petit chantage »

« C’est un énième retournement » commente Karl Edom, gérant du Fonds Atlas de Cholet Dupont. « Il y aura des phases de réchauffement, des phases de refroidissement dans les négociations. Et on assistera à ce genre de déclarations assez régulièrement. Le consensus aujourd’hui est de se dire que Trump n’a aucun intérêt à ce que les négociations échouent. Mais tout le monde y va de son petit chantage. »

« Je ne pense pas que le climat soit pacifié » analyse, de son côté, Vincent Juvyns, stratégiste chez J.P. Morgan. « On est toujours dans l’impasse. » Selon lui, il faudra probablement attendre les prochaines élections américaines pour espérer une issue à ce conflit.

En fin de journée, Donald Trump a indiqué que le report des droits de douane était destiné à éviter « qu’il y ait un impact sur les fêtes de fin d’année ». Il a souligné qu’il était toujours « optimiste » sur la conclusion d’un accord avec la Chine.