Facebook

LOIC VENANCE;

C’est donc une amende record que Facebook s’apprête à verser. Selon plusieurs médias, Facebook va devoir débourser pas moins de 5 milliards de dollars pour ses manquements en matière de protection des données personnelles. L’accord à l’amiable, dont aucun détail n’a filtré, devrait aussi comporter des restrictions sur la façon dont Facebook utilise les données personnelles, selon le Wall Street Journal, qui a le premier fait état de la décision du régulateur.


Reste une étape: le ministère de la Justice doit maintenant donner son feu vert à cet accord, adopté par les commissaires de l’agence de régulation fédérale par 3 voix contre 2, selon le quotidien qui cite une source proche du dossier.

La réaction ne s’est pas faite attendre à Wall Street, l’action a atteint son plus haut de l’année pour finir à près de 205 dollars. Les investisseurs estiment sans doute que les restrictions ne seront pas trop sévères.

L’enquête de la FTC visait à déterminer si Facebook avait enfreint un accord à l’amiable de 2011 dans lequel il s’engageait déjà au respect des données personnelles de ses 2,7 milliards d’utilisateurs actifs mensuels et à la transparence concernant leur utilisation. Elle a été ouverte après l’éclatement en mars 2018 du scandale des fuites de données vers la firme britannique Cambridge Analytica.

Le groupe s’attendait à une amende de cet ordre et avait annoncé fin avril avoir fait des provisions de 3 milliards de dollars, tout en précisant qu’il pourrait devoir payer jusqu’à 5 milliards de dollars. Cette amende égratignera à peine la santé financière de l’entreprise. Pour son exercice 2018, Facebook a affiché un bénéfice de 22 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires de 55 milliards.

Mais l’accord avec la FTC ne devrait donner qu’un bref répit à Facebook, cible de nombreuses attaques. Protection des données, cyberattaques, ou encore diffusion de fausses informations, le groupe fait l’objet de poursuites et d’enquêtes dans plusieurs pays.