Augustin de Romanet

C’est une taxe que les professionnels du transport aérien ont du mal à avaler. Le patron d’ADP, Augustin de Romanet, choisit néanmoins finement ses mots pour commenter la taxe de l’executif sur les avions. « Le gouvernement avait besoin d‘argent, il a choisi de prendre de l’argent ici » souligne-t-il. « Maintenant, quand on prend de l’argent de votre poche, il est assez rare qu’on vous dise merci ».

Surtout, Augustin de Romanet regrette la destination de cette taxe, dédiée au rail. « Dans notre secteur, nous ne savons pas techniquement comment nous allons faire pour être à zéro émission en 2050 » rappelle-t-il. « Il faut faire de la recherche (…) Dédier cet argent pour de la recherche en matière de jet fuel (carburant) est également une bonne idée » glisse-t-il.